39ème Semaine - Chine

Beijing, Chine le 31/07/2016

 
Beijing au petit matin...
 
 
Lever matinal en ce jour de 1er août. Au programme, pas de brunch à la ferme ni de schubling, pas même un petit verre de Gamay, mais la visite de ce qui fût pendant cinq siècles la résidence de l'Empereur, le centre politique de la Chine, le nombril du monde; la Cité interdite.
 
La veille, à la lueur d'une faible ampoule, nous avons planifié la visite. Notre plan d'attaque est relativement simple. Prendre à rebours la foule, remonter la déferlante jaune et détourner le flux humain. Sur les conseils avisés de notre guide préféré, nous pénétrerons dans la Cité pourpre par l'arrière, au lieu dit " La colline du Charbon ", et remonterons la succession de palais, de terraces et de portiques jusqu'à la porte de la Paix céleste...
 
Sept heures trente, le ciel n'est voilé que par une mince couche de particules fines, la température est déjà élevée, le fond de l'air est moite et humide. Nous marchons d'un pas rapide et assuré vers les hautes murailles. Les ruelles et venelles sont presque désertes, les échoppes encore fermées. Seules s'activent autour de quelques balais, des petites mains. Il faut que tout soit rutilant avant l'arrivée des hordes de touristes. 
 
Nous contournons la porte du Midi et celle de l'Harmonie suprême, longeons les douves et filons tout droit...
 
Aux guichets, seuls quelques badauds les yeux encore mi-clos font le pied de grue. Les T-shirts sont mouillés, les pieds gonflés, mais notre stratégie a payé. A nous les pavés marbrés de la belle Cité. Nous allons pouvoir en profiter sans se faire bousculer...
 
" Two tickets and two audio guides ! ", lançons nous sur un ton enjoué et plein de bonne humeur. Malgré la température qui frôle déjà les trente cinq degrés, c'est la douche froide. Nos informations n'étaient pas mises à jour, l'accès nord de la ville interdite est devenu une sortie. Le seul point d'entrée se trouve sur la Place Tian'anmen. Pas de négociation possible...
 
Il nous faudra suivre le mur d'enceinte sur plusieurs kilomètres pour finir par nous fondre dans la foule immense de visiteurs piétinant sagement sous le portrait bienveillant du Grand Timonier. 
 
Un milliard de chinois... et nous, et nous, et nous !
 
 
 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Chine